Convention tripartite PROMISE-FIMF-SFD : Les débuts prometteurs des premiers refinancements

Selon Mme le coordonnateur national : « Le gouvernement du Sénégal en partenariat avec la Banque Islamique de Développement (BID) a mis sur pied le PROMISE pour diversifier les sources de financements des jeunes et des femmes évoluant dans les secteurs porteurs du PSE surtout en milieu rural ».

« La finalité de notre programme est de voir la branche de la microfinance islamique devenir performante, inclusive et pérenne au service d’une économie émergente, dans une société solidaire », a-t-elle laissé entendre.

Très en verve, Mme Seck d’ajouter : « Cependant, l’atteinte de ces objectifs spécifiques permettra d’installer définitivement la microfinance islamique au Sénégal et de réduire le taux d’exclusion financière des bénéficiaires ainsi que le financement des projets des secteurs prioritaires du Plan Sénégal Emergent (PSE) ».

« Pour y arriver, des actions de renforcement de capacités et d’encadrement seront nécessaires pour la création de canaux appropriés de distribution dans vos structures. C’est à partir de là que nous pensons faire intervenir le Fonds d’Impulsion de la Microfinance (FIMF) qui a déjà les outils nécessaires », précise-t-elle.

Répondant aux préoccupations des acteurs des SFD hors article 44, elle dira : « Le FIMF va vous aider à réunir les conditions d’éligibilité aux fonds Moudharaba par le biais de la formation et des conseils, une logique d’intervention confortée par des années de collaboration fructueuse entre vos structures et cette institution”. “Cette capacitation technique et managériale est d’autant plus nécessaire que l’Etat que nous représentons dans ce projet a consenti une garantie souveraine et pris des engagements fermes pour la mise en œuvre des financements.

Yaye Fatou Diagne Seck qui a présenté ledit projet devant l’assistance, a précisé : « C’est pourquoi le PROMISE, en tant qu’agence d’exécution, a pour mission principale d’assurer la mise en œuvre globale des différentes composantes du programme y compris la mise à disposition de la ligne de Moudharaba restreinte estimée à environ 30 milliards de F CFA ».

Au terme des échanges, l’émissaire du PROMISE a traduit ses remerciements aux différents acteurs pour leurs contributions significatives ainsi que pour leur engagement, puisque les objectifs sont atteints et que les termes de la convention de prestation de services acceptés de part et d’autres, ouvrant ainsi la voie aux premiers refinancements dans le cadre de ce programme.